Lieu d’enfouissement technique

Lorsque l’on a fait appel à tous les éléments des 3R-V (réduction, réutilisation, recyclage et valorisation), il reste des déchets ultimes qui n’ont d’autre choix que d’être enfouis dans le lieu d’enfouissement technique (LET) de la MRC de La Vallée-de-l’Or. Le LET est un grand site sur lequel sont aménagées d’immenses cellules étanches qui permettent de contenir les déchets sans fuite. C’est là que se retrouve le contenu de nos sacs et de nos bacs de poubelles.

Réduire l’impact environnemental

La protection environnementale est une caractéristique importante d’un LET. Celle-ci est possible grâce au contrôle des effets néfastes de l’enfouissement par divers éléments, tels que :

  • un système d’enfouissement constitué de cellules individuelles étanches;
  • le captage et le traitement du lixiviat, c’est-à-dire le liquide qui s’infiltre au travers des déchets;
  • le captage et l’évacuation sécuritaire des biogaz;
  • le contrôle des nuisances comme les oiseaux, les odeurs, etc.;
  • les travaux de fermeture du site;
  • un programme de suivi environnemental.

Ces différents aspects sont évidemment soumis aux normes rigoureuses du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) et doivent obligatoirement être approuvés par celui-ci. La réglementation du ministère doit être respectée pendant, mais également après la vie utile du site. De plus, la MRCVO a fondé un comité de vigilance environnemental du lieu d’enfouissement technique sur lequel siègent des membres de divers milieux locaux.

Conception

Une membrane imperméable très épaisse recouvre l’ensemble du LET. Des tuyaux sont installés pour capter le lixiviat qui, en s’écoulant au travers des déchets, se charge de contaminants. Lorsque le lixiviat se retrouve sur cette membrane au fond du site, il est dirigé vers la station de pompage qui l’achemine à l’usine de traitement. Pour éviter que la membrane ne soit percée par des déchets ou l’équipement roulant, une couche de sable la recouvre.

Au moment de fermer une cellule remplie, on recouvre celle-ci d’une autre membrane imperméable. On peut ensuite recouvrir la cellule de terre et l’ensemencer. L’on s’assure que les biogaz, comme le méthane, qui se forment avec la décomposition des matières organiques à l’intérieur de la cellule, peuvent s’échapper sécuritairement par des cheminées.

Le quotidien du LET

Du lundi au vendredi, les camions de collecte de déchets entrent dans le LET pour décharger leur cargaison. Un compacteur à déchets vient ensuite écraser le tout pour maximiser l’espace dans la cellule. Chaque soir, des sols de recouvrement sont épandus sur la cellule en opération. Cela a pour but de limiter la dispersion des déchets par le vent ou par les animaux ainsi que l’émanation d’odeurs.

Alors que plusieurs localités doivent importer du sable ou du gravier pour remplir cette obligation, la MRCVO collabore avec une entreprise voisine. Unique centre de décontamination des sols contaminés aux hydrocarbures légers en Abitibi-Témiscamingue, Terrapure traite les sols contaminés d’ici et d’ailleurs. Malgré leur décontamination, la réglementation interdit de disposer de ces sols sur un terrain non contaminé. Ailleurs, ces sols seraient enfouis et comptabilisés comme des déchets. Les sols décontaminés sont donc valorisés et évitent l’achat et l’enfouissement de sable ou de gravier sain à titre de recouvrement.

Durée de vie

Lorsqu’une cellule atteint sa capacité maximale, au bout d’un an environ, elle est scellée et une nouvelle cellule est entamée. En moyenne, 32 240 tonnes métriques de déchets et 13 880 tonnes métriques de sols de recouvrement, soit environ 46 120 tonnes métriques de matières, sont enfouies dans chaque cellule. La MRCVO estime qu’avec l’espace dont elle dispose, le LET actuel pourra desservir le territoire jusqu’en 2040. Cette échéance pourra d’ailleurs être reportée davantage suite à l’implantation de la future collecte des résidus alimentaires.

Comment augmenter la durée de vie du LET et réduire son impact environnemental?

  • Appliquer la règle des 3R-V dans notre quotidien:
    • Réduire notre consommation
    • Réutiliser
    • Recycler
    • Valoriser en faisant du compostage domestique pour réduire de plus de 40 % le volume de ce que l’on envoie à l’enfouissement
  • Utiliser les services de la MRCVO (écocentres, collectes spéciales etc.)