Valoriser

Lorsque des efforts pour réduire, réutiliser ou recycler une matière ne suffisent pas, il est parfois possible de la valoriser, c’est-à-dire de la transformer afin d’en extraire de l’énergie et/ou des matières premières. On redonne ainsi de la valeur à des déchets qui, autrement, se retrouveraient à l’enfouissement.

La MRC de La Vallée-de-l’Or valorise de différentes manières.

 

Valorisation des matières organiques

Par la promotion du compostage domestique, la MRC de La Vallée-de-l’Or encourage ses citoyens à valoriser les matières organiques comme les résidus alimentaires. De plus, par ses collectes des résidus verts, elle valorise ceux-ci et en fait un compost remis gratuitement aux citoyens.

Parallèlement, elle développe un projet de collecte des résidus alimentaires à domicile qui doit être implanté d’ici 2020.

 

Valorisation énergétique

Le bois et les branches reçus à l’écocentre sont déchiquetés et récupérés comme biocombustible. Ils sont ainsi brûlés pour créer l’énergie et la chaleur nécessaire à la fabrication de panneaux de bois aggloméré.

 

Valorisation des sols décontaminés

Le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs impose de recouvrir les déchets déchargés dans le lieu d’enfouissement technique (LET) de la MRCVO à la fin de chaque journée d’opération. Cela a pour but de limiter le dégagement d’odeurs, la propagation des incendies, la prolifération d’animaux ou d’insectes et l’envol d’éléments légers. À chaque jour, ce que l’on appelle des sols de recouvrement sont donc étendus sur la surface des cellules d’enfouissement ouvertes.

Alors que plusieurs localités doivent importer du sable ou du gravier pour remplir cette obligation, la MRCVO collabore avec une entreprise voisine. Unique centre de décontamination des sols en Abitibi- Témiscamingue, le centre de Newalta traite les sols contaminés de toute la région. Malgré leur décontamination, la réglementation interdit de disposer de ces sols sur un terrain non contaminé. Ailleurs, ces sols seraient enfouis et comptabilisés comme des déchets. La MRCVO a toutefois obtenu l’autorisation de les utiliser comme sols de recouvrement en remplacement de sols réguliers.

Les sols décontaminés sont donc valorisés et évitent l’achat et l’enfouissement de sable ou de gravier sain à titre de recouvrement.