Précisions sur la collecte en alternance toute l’année

VAL-D’OR, LE 6 MAI 2013. – La MRCVO étant consciente que l’instauration d’une collecte des déchets et du recyclage en alternance tout au long de l’année en 2013 suscite des inquiétudes et des interrogations chez les citoyens, elle souhaite expliquer ce choix économique, stratégique et écologique.

Un luxe qui ne se justifiait plus

La collecte et la gestion des matières résiduelles s’est grandement complexifiée ces 10 dernières années, avec l’ajout de nombreux nouveaux services, comme la collecte du recyclage, la collecte des résidus verts et les collectes des encombrants et des arbres de Noël, en plus des activités dans les écocentres et les écocentres satellites. Le volume de déchets ultimes produits par les familles en a d’ailleurs été considérablement diminué. Ces services, imposés par la province, impliquent des dépenses toujours croissantes pour la MRCVO alors que les programmes gouvernementaux ne s’accompagnent pas nécessairement d’un financement adéquat.

À chaque saison estivale, les 9 semaines de collecte de déchets supplémentaires par zone, soit 18 semaines en tout, représentaient des coûts de plus de 177 000 $ en main-d’œuvre, en équipement, en carburant ainsi qu’en enfouissement. M. Fernand Trahan, préfet de la MRC de La Vallée-de-l’Or, explique la situation ainsi :
« Nous étions parmi les derniers territoires à offrir ce service. Par exemple, La Sarre et Rouyn-Noranda effectuent la collecte en alternance toute l’année depuis longtemps. C’est aussi le cas à plusieurs endroits en province. Pour continuer de répondre aux exigences gouvernementales sans que cela ne se répercute sur les taxes de nos citoyens, nous nous devions de couper dans le luxe. »

Un avantage tant économique qu’écologique

Sans compter que cette nouvelle mesure diminuera les quantités de gaz à effet de serre produits par la MRCVO, les statistiques ont démontré qu’elle favoriserait de plus le recyclage. Nos bilans indiquent que les citoyens recyclent moins lorsque les déchets sont collectés à chaque semaine, puisque cette option devient plus accessible que le recyclage. Ce sont plus de 400 tonnes de matières recyclables qui sont plutôt envoyées au lieu d’enfouissement technique (LET) en été, ce qui représente un coût d’enfouissement supplémentaire de 75 000 $ et une perte au niveau des redevances gouvernementales sur le recyclage.

Des trucs pour limiter les impacts négatifs

La préoccupation première des citoyens par rapport à cette mesure est la possibilité d’odeurs et de vermine liée à la chaleur et à un plus long entreposage des déchets l’été. Toutefois, les règlements municipaux de chaque municipalité demandent que tous les déchets soient mis dans des sacs à déchets étanches, sans risque de fuite. Il est également recommandé d’entreposer les sacs dans une poubelle solide dotée d’un couvercle ou dans un bac vert de 360 litres, ce qui diminue grandement l’accès aux animaux et qui réduit les odeurs. Ces précautions éviteront en grande partie les désagréments. De plus, la MRCVO prévoit implanter la collecte hebdomadaire des résidus alimentaires en 2014. Ce sont ces résidus qui sont responsables des odeurs et qui attirent la vermine. Leur collecte dans un bac distinct à chaque semaine éliminera tous les impacts négatifs de la collecte des déchets en alternance.


Communiqué PDF