NOUVEAUX REVENUS POUR LA MRCVO GRÂCE À LA RÉDUCTION DES ÉMISSIONS DE GES DU LET

VAL-D’OR, LE 16 MARS 2016. – Le conseil des maires de la MRC de La Vallée-de-l’Or (MRCVO) acceptait ce matin une offre de partenariat de la firme d’ingénierie WSP afin de mettre en place un système de destruction des biogaz émis par les matières organiques enfouies dans son lieu d’enfouissement technique (LET). Ce partenariat se qualifie comme projet de crédits compensatoires de carbone et, selon l’analyse préliminaire, représenterait environ 1 M $ en revenus pour la MRCVO après 10 ans d’opération.

 

Fonctionnement du système de destruction

 

En se décomposant dans un milieu anaérobique, les matières organiques enfouies dans le LET, telles les résidus verts, les résidus alimentaires, le bois ou le papier et le carton, produisent du méthane (CH4), un gaz à effet de serre (GES) 21 fois plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2).

 

Tel que le stipule l’article 32 du Règlement sur l’enfouissement et l’incinération des matières résiduelles (REIMR) du gouvernement du Québec, puisque le LET de la MRCVO reçoit moins de 50 000 tonnes de matières résiduelles par année, elle n’est pas tenue de détruire ses biogaz. Ainsi, elle procédait jusqu’ici au captage passif de ceux-ci.

 

Le système de destruction adopté ce matin consiste à utiliser des torchères pour brûler le CH4 capté, ce qui a pour effet de le transformer en CO2 et d’ainsi fortement réduire son potentiel de réchauffement planétaire. Des puits d’extraction reliés à un réseau de captage mèneront les biogaz à la station de pompage et de destruction, qui comprendra une torchère à flamme visible accompagnée d’une station de mesurage. Selon les estimations, le projet permettrait à la MRCVO de réduire ses émissions de plus de 185 000 tonnes équivalent CO2 en 10 ans.

 

Vente des crédits compensatoires de carbone

 

Les GES ainsi évités pourront par la suite être convertis en crédits compensatoires vendus sur le système québécois de plafonnement et d’échange de droits d’émission de gaz à effet de serre (SPEDE), communément appelé « marché du carbone ». Puisque la firme WSP assumera entièrement les coûts relatifs à la conception, au financement et à la construction des installations du système de destruction des biogaz, de même que les frais reliés à leur opération et à leur entretien, et que les profits générés par le projet seront partagés à part égales entre WSP et la MRCVO, cette dernière peut anticiper des revenus de 1 M $ sur 10 ans pour la vente de ses crédits carbone.

 

– 30 –

 

Source :  Sophie Richard-Ferderber

Adjointe en communication

MRC de La Vallée-de-l’Or

819 825-7733, poste 232

sophierf@mrcvo.qc.ca


Communiqué PDF