Bilan GMR 2013

VAL-D’OR, LE 21 FÉVRIER 2014. – Selon le bilan 2013 de la gestion des matières résiduelles (GMR), le total de matières reçues a diminué de 9 % par rapport à l’an dernier. Cette situation n’est pas étrangère à l’essoufflement de l’économie du territoire et de l’entreposage des matières recyclables à la fin de l’année.

Les effets d’une économie au ralenti ressentis jusque dans le lieu d’enfouissement technique (LET)

Sans compter les sols de recouvrement, la population de la MRCVO a généré un total de
43 372,17 tonnes de matières en 2013, dont 12 809,68 ont été récupérées. Ce dernier tonnage comprend le recyclage domestique (sacs et bacs bleus), le bois, le métal, le béton, les résidus domestiques dangereux, le matériel électronique et informatique, le textile, les pneus, les piles et les batteries, les cartouches d’encre, les résidus verts et les arbres de Noël. Cela représente un taux de diversion de l’enfouissement d’environ 29,5 %, ce qui est assez semblable au taux de 29,2 % de l’an dernier. Force est de constater qu’au fil des années, les citoyens ont adopté de saines habitudes de gestion de leurs matières résiduelles au point d’atteindre un certain plateau. Pour les années à venir, la MRCVO veut aider les citoyens à atteindre un second niveau dans leurs saines habitudes.

La MRCVO disponible pour les ICI

Le bilan 2013 fait état d’une hausse importante des déchets produits par les commerces et institutions, avec 1 756 tonnes de plus qu’en 2012, alors que chez les citoyens, une diminution de près de 2 412 tonnes de déchets générés est constatée. Cette situation est simplement le résultat d’un transfert de tonnage d’une catégorie à l’autre suite à une nouvelle façon de comptabiliser les données. En effet, les déchets issus de résidences dotées de conteneurs frontaux, comme certains immeubles à logements, étaient auparavant comptabilisés dans la catégorie « Ordures ménagères », alors qu’ils ont été inclus dans la catégorie « Commerces » en 2012. Il est plus logique de les comptabiliser ainsi puisqu’un même camion lève autant de conteneurs commerciaux que de conteneurs résidentiels sur sa route et ces derniers sont en minorité.

Toutefois, la MRCVO ne cesse d’encourager les ICI à effectuer un meilleur tri à la source ce qui permettrait de dévier beaucoup de déchets de l’enfouissement. D’ailleurs, les ICI sont invités à communiquer avec la MRC s’ils ont besoin de conseils pour améliorer leur performance de gestion des matières résiduelles.

Moins de matières générées, donc moins de matières récupérées

En 2013, la récupération subit une baisse de 1 163,05 tonnes par rapport à 2012. Celle-ci s’explique par deux principaux facteurs. D’une part, il y a eu une diminution du nombre de permis de construction commerciale et industrielle émis en 2013; conséquence directe de l’essoufflement économique du territoire. Ainsi, une moins grande quantité de matières, telles que la brique, le béton, le bois, le métal, la peinture et les RDD, ont été produites. D’autre part, le recyclage domestique connait une baisse de 366,35 tonnes métriques. En fait, cette quantité est représentative du recyclage domestique engendré lors de la période des fêtes. À cette période, la fermeture du centre de tri Sani-Tri a obligé la MRCVO a entreposé du recyclage avant de conclure une entente temporaire avec le centre de tri Tricentris. Cette quantité de matière sera comptabilisée dans le bilan 2014 puisqu’elle a été transportée au centre de tri en janvier de cette année.

Matériel informatique, une année record

La quantité de matériel électronique et informatique est en croissance constante depuis que la MRCVO a commencé à recycler ces objets en 2009. Le bilan 2013 indique une forte hausse en raison des comportements écoresponsables des citoyens, mais aussi en raison du mode de gestion interne de ces matières. En effet, les quantités reçues en 2012 dépassaient le montant prévu au budget, ce qui a forcé la MRCVO à entreposer une partie du matériel de septembre jusqu’à l’année budgétaire 2013. Puisque la MRCVO est membre du nouveau programme gouvernemental ARPE-Québec depuis février 2013, les frais de recyclage de ce matériel lui seront désormais remboursés, ce qui évitera une telle situation à l’avenir.


Communiqué PDF