BILAN 2015 DE LA GESTION DU LIEU D’ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (LET)

VAL-D’OR, LE 17 FÉVRIER 2016. – Ce sont 31 145,23 tonnes métriques ( tm ) de déchets et 10 954,80 tm de sols de recouvrement qui ont été enfouis au LET en 2015, soit 42 100,03 tm de matière. La MRC de La Vallée-de-l’Or (MRCVO) procède présentement à la fermeture de la cellule 6 du LET. Ces travaux sont effectués par l’entreprise Services Miniers Nord-Ouest de Val-d’Or au montant de 224 007,52 $ (avant taxes).

 

Prévisions respectées

 

Inaugurée en 2014, la cellule 6 a surpassé sa durée de vie prévue, estimée à environ un an, grâce aux efforts de récupération des citoyens et à l’efficacité des opérations de compaction. Les cellules 7 et 8, qui complèteront la phase 2 de l’exploitation du site, sont présentement en activité, alors que la construction de la cellule 9 est prévue en 2016. Cette dernière inaugurera la phase 3.

 

Les déchets contenus dans la cellule 6 ont été recouverts d’une couche de sols finale, puis d’une membrane étanche et de terre. La surface sera ensemencée au printemps. Le captage passif des biogaz dégagés par la décomposition à l’intérieur de la cellule sera ensuite effectué.

 

D’ailleurs, la MRCVO mènera cette année une étude permettant d’évaluer la production de biogaz dans son LET en conformité avec le Règlement sur la déclaration obligatoire de certaines émissions de contaminants dans l’atmosphère du gouvernement du Québec. Ce règlement, le Q2-R15, exige la déclaration des biogaz générés lorsque le site atteint une production de 10 000 tonnes de ces derniers.

 

Utilisation des sols de recouvrement

 

Un total de 10 954,80 tm de sols de recouvrement ont été utilisées en 2015, soit 4 787,28 tm de plus qu’en 2014. Cela s’explique principalement par un changement opérationnel. Jusqu’en 2013, la MRCVO accumulait une réserve de sols à l’intérieur de son site à l’automne pour ses besoins hivernaux en recouvrement. Ainsi, une grande quantité de sols réellement employés l’année suivante étaient comptabilisés dans l’année en cours. La MRCVO ne procède plus ainsi depuis l’automne 2014 puisqu’elle reçoit maintenant des livraisons quotidiennes de sols tout au long de l’année. La MRCVO a également augmenté son utilisation quotidienne de sols en 2015 pour améliorer l’efficacité de ses opérations de recouvrement.

 

Entretien de l’usine de traitement du lixiviat

 

En 2015, la MRCVO procédait au nettoyage du premier bassin aéré de l’usine de traitement du lixiviat pour une seconde fois depuis son inauguration en 2006. Au fil du temps, des bactéries et des solides s’accumulent au fond des bassins et doivent être retirés pour éviter de nuire au processus d’aération et à la migration des eaux d’un bassin à l’autre. Cette opération a produit environ 2 500 tm de résidus qui ont été enfouis dans le LET. En 2016, ce sera au tour des bassins 2 et 3 d’être nettoyés.

 

C’est aussi l’an dernier que la MRCVO a remplacé la tourbe usée à l’intérieur des biofiltres de l’usine par des morceaux de coque de noix de coco. La tourbe utilisée auparavant n’étant plus disponible sur le marché, ce produit de polissage alternatif représente une efficacité équivalente et un investissement moindre, malgré sa plus courte durée de vie. La firme Stantec mène des tests hebdomadaires tant à l’entrée qu’à la sortie de l’usine pour vérifier la performance du traitement et la conformité de l’eau qui est rejetée.

 

Pour plus d’informations sur le fonctionnement de l’usine de traitement du lixiviat, visitez l’enviroparc virtuel au www.mrcvo.qc.ca.

 

Précisions sur les sols de recouvrement

 

Le MDDELCC impose de recouvrir les déchets déchargés dans le lieu d’enfouissement technique (LET) de la MRCVO, à la fin de chaque journée d’opération. Cela a pour but de limiter la dispersion des déchets par le vent ou par les animaux ainsi que l’émanation d’odeurs. À chaque jour, ce que l’on appelle des sols de recouvrement, sont donc étendus sur la surface des cellules d’enfouissement en opération.

 

Alors que plusieurs localités doivent importer du sable ou du gravier pour remplir cette obligation, la MRCVO collabore avec une entreprise voisine. Unique centre de décontamination des sols contaminés aux hydrocarbures légers en Abitibi-Témiscamingue, Terrapure traite les sols contaminés d’ici et d’ailleurs. Malgré leur décontamination, la réglementation interdit de disposer de ces sols sur un terrain non contaminé. Ailleurs, ces sols seraient enfouis et comptabilisés comme des déchets. La MRCVO a toutefois obtenu l’autorisation de les utiliser comme sols de recouvrement en remplacement de sols réguliers.

 

Les sols décontaminés sont donc valorisés et évitent l’achat et l’enfouissement de sable ou de gravier sain à titre de recouvrement. En incluant cette matière à notre taux de diversion, celui-ci grimpe à 41,61 %.

 

Le LET de la MRC de La Vallée-de-l’Or

 

Situé sur le site de l’enviroparc à Val-d’Or, le lieu d’enfouissement technique (LET) de la MRC de La Vallée-de-l’Or accueille, depuis près de 10 ans, les matières résiduelles non recyclables ou non valorisables des six municipalités de son territoire. La MRCVO y opère aussi une usine de traitement du lixiviat, l’eau infiltrée dans les déchets.

 

L’aire d’enfouissement du LET a été conçue dans le but de recevoir six phases comprenant chacune quatre cellules d’enfouissement, totalisant 24 cellules. Chaque cellule du LET peut accueillir plus de 46 000 tm de déchets, soit environ le tonnage annuel de notre territoire (incluant les sols de recouvrement).

 

Selon les dernières évaluations, le LET pourrait demeurer en fonction jusqu’à la fin 2040, alors qu’au départ, on prévoyait qu’il atteindrait sa pleine capacité en 2031. Ce sont les efforts constants de la MRC de La Vallée-de-l’Or vers une meilleure performance en gestion des matières résiduelles et la précieuse participation de ses citoyens qui permettent de détourner davantage de matières de l’enfouissement et de prolonger la durée de vie de chaque cellule. Ainsi, la date de fermeture pourrait être reportée davantage grâce à la mise en œuvre du prochain Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) et à la collaboration de la population.

 

– 30 –

 

Source :        Sophie Richard-Ferderber

Adjointe en communication

MRC de La Vallée-de-l’Or

819 825-7733, poste 232

sophierf@mrcvo.qc.ca


Communiqué PDF