Milieux humides et hydriques

Un plan régional sur les milieux humides et hydriques (PRMHH) représente un outil d’identification des milieux humides et hydriques localisés sur le secteur des terres privées qui sont importants à conserver à l’échelle d’une municipalité régionale de comté (MRC) en fonction des services écosystémiques qu’ils rendent à la société.

En vertu de la Loi concernant la conservation des milieux humides et hydriques, chacune des MRC du Québec se trouvent dans l’obligatoire de produire un PRMHH.

 

 

La préservation des milieux humides et hydriques vous tient à coeur?

Cliquez ici pour remplir le sondage de la MRCVO pour mieux connaître les préoccupations de la population.

 

 

Trois grands principes directeurs découlent de cette législation et la production des PRMHH doit se baser sur ces derniers, soit :

 

 

Que représentent les milieux humides et hydriques?

Un milieu humide représente tout type d’écosystème constituant l’ensemble des sites saturés d’eau ou inondés pendant une période suffisamment longue pour influencer la nature du sol ou la composition de la végétation. Les milieux humides sont donc des milieux ni strictement terrestres, ni strictement aquatiques, et ils détiennent la caractéristique commune d’être inondés ou saturés d’eau durant une partie plus ou moins importante de l’année. Les milieux hydriques se définissent comme tout plan d’eau ou cours d’eau à débit permanent ou intermittent. Les milieux hydriques englobent également la rive, le littoral et la plaine inondable.

Que représentent les fonctions et services écologiques des MHH ?

Les milieux humides et hydriques détiennent diverses fonctions écologiques importantes et rendent de très grands services écologiques à la société. Les services écologiques qu’ils offrent sont classés sous quatre catégories :

  • Les services de régulation ;
  • Les services d’approvisionnement ;
  • Les services socioculturels ;
  • Les services de support.

Voici quelques exemples de fonctions et services écologiques rendus par les milieux humides et hydriques :

  • La régulation des débits d’eau traversant le bassin versant agissant ainsi comme une zone tampon permettant de réduire les inondations en période de crue ;
  • La rétention des eaux entre les zones terrestres et aquatiques permettant de réduire les impacts lors de périodes de sécheresse ;
  • L’approvisionnement en eau potable ;
  • La filtration des contaminants des eaux de surfaces et souterraines ;
  • La capture du carbone ;
  • Ils assurent des habitats pour la faune et la flore ;
  • Ils jouent un rôle important dans la recharge des eaux souterraines ;
  • Ils jouent un rôle important dans le cycle de l’eau et la régulation du climat ;
  • Ils contribuent à l’esthétisme du paysage et à augmenter la valeur des terrains riverains.

Les milieux humides et hydriques sont donc essentiels afin de protéger la qualité et la quantité d’eau sur le territoire, d’assurer le maintien de la biodiversité et de lutter contre les impacts grandissants des changements climatiques.

 

Mais que représente un PRMHH ?

En résumé, le PRMHH permet d’identifier premièrement les milieux humides et hydriques d’intérêt à l’échelle du territoire, d’identifier ensuite les milieux qui devront faire l’objet d’une protection et finalement, d’identifier les milieux humides et hydriques les plus pertinents afin d’implanter des projets de restauration ou de création, dans le but de compenser pour les milieux similaires perdus.

Cinq (5) grandes étapes permettent le développement d’un PRMHH :

  1. Préparation et amorce de la démarche : La première étape vise à définir l’échéancier, le plan de travail et le rôle de chaque intervenant impliqué dans la démarche, à débuter la collecte de données sur les milieux humides et hydriques, à établir les modalités de concertation et de consultation, ainsi qu’à finaliser le développement de la méthodologie de réalisation du PRMHH adaptée à la réalité du territoire de la MRCVO.
  2. Portrait du territoire : La seconde étape permet de présenter le portrait du territoire d’étude. Le portrait est divisé en deux sections : le contexte d’aménagement et le contexte environnemental. Le contexte d’aménagement comprend la présentation de l’utilisation présente et future du territoire, le portrait socio-économique et les infrastructures. Présenter les conditions et les dispositions de l’aménagement du territoire de la MRC, tout comme de brosser le portrait de la réalité socioéconomique présente et projetée, permet d’identifier les pressions antérieures, présentes et futures sur les milieux humides et hydriques (MHH). Le contexte environnemental présente le contexte des éléments de l’environnement dans lequel s’inscrivent les milieux humides et hydriques, le recensement et l’état des milieux humides et hydriques, le bilan des perturbations ainsi que les milieux naturels d’intérêt sur le territoire.
  3. Diagnostic des milieux humides et hydriques : Cette troisième étape permet premièrement de fixer des orientations et des objectifs de conservation définis par unités géographiques d’analyse du territoire. Deuxièmement, le diagnostic permet d’identifier les milieux naturels d’intérêt pour la conservation en fonction de l’état et du niveau de perturbation de ceux-ci, ainsi qu’en fonction des fonctions et services écologiques qu’ils assurent.
  4. Engagements de conservation : Cette quatrième étape permet de déterminer les engagements de conservation des milieux humides et hydriques d’intérêt du territoire. Une analyse spatiale entre le développement du territoire et les milieux humides d’intérêt est réalisée afin de déterminer si des zones entrent en conflit d’usage. Un travail d’harmonisation des usages est ainsi réalisé sur les secteurs de conflit, permettant de définir un équilibre entre les pertes et les gains écologiques, et permettant de définir des choix adaptés de conservation. Cette étape se solde par l’identification des priorités de création et de restauration des milieux humides et hydriques pour équilibrer les pertes potentielles ou futures.
  5. Élaboration d’une stratégie de conservation : Cette cinquième et dernière étape assure le développement d’une stratégie de conservation des milieux humides et hydriques du territoire. Cette étape se traduit par la réalisation d’un plan d’action permettant de préserver les objectifs de conservation sur une période de dix ans, ainsi que l’élaboration d’une stratégie d’évaluation du plan régional.

 

Pour plus d’informations sur les exigences et la démarche attendue concernant le développement des PRMHH des MRC du Québec, nous vous invitons à consulter la page du Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques dédiée à cet effet : https://www.environnement.gouv.qc.ca/eau/milieux-humides/plans-regionaux/index.htm

 

Mise en place de processus de concertation et de consultation

Dans le but d’assurer la concertation des acteurs du territoire et d’alimenter les réflexions concernant le développement du PRMHH, un comité technique constitué de divers acteurs du territoire a été formé. Le comité est constitué de représentants de divers secteurs : des municipalités du territoire, des organismes de bassins versants, du Conseil régional de l’environnement de l’Abitibi-Témiscamingue, de divers regroupements et unions (secteur forestier, exploitation de tourbes, secteur agricole, etc.), ainsi que des représentants des MRC limitrophes.

Le processus de consultation a pour objectif de sonder l’ensemble des citoyens sur les préoccupations concernant les milieux humides et hydriques du territoire. La consultation des citoyens sera réalisée par la diffusion d’un sondage en ligne qui permettra de récolter les préoccupations et les besoins perçus sur la conservation des milieux humides et hydriques du territoire. Une fois les étapes 1 à 4 finalisées, une consultation publique en ligne sera réalisée avec les citoyens dans le but de présenter la synthèse des données concernant le portrait du territoire, l’identification des milieux humides potentiels pour la conservation ainsi que les engagements de conservation retenus.